Poupees02.jpg

Cie In Vitro

Au sein de la Compagnie In Vitro, Marine Mane développe depuis les années 2000, une œuvre singulière qui prend racine dans les zones troubles de l’être humain et les mécaniques particulières qu’il met en place pour se maintenir en équilibre face aux violences qu’il subit autant qu’il les provoque.Résolument transdisciplinaire, son travail s’inscrit dans une quête au long cours, et cherche à éprouver, par le(s) langage(s) et par le(s) corps, ce qui se joue au cœur des paradoxes. Ses créations, fruits d’un long travail de gestation, d’enquête, de collecte de matières variées et d’interaction avec d’autres corps de métier, puisent dans le réel son pouvoir fictionnel. Le champ d’expérimentation est vaste : il s’agit d’ausculter les traces, intimes et politiques, que dessinent les parcours individuels et collectifs.

Animée par le désir de replacer la recherche au cœur de l’acte de création, Marine Mane impulse en 2012 les Laboratoires de Traverse, sessions d’expérimentation collective qui permettent à des artistes de toutes disciplines de se remettre en jeu sans se soumettre à de quelconques impératifs de production. À partir des enjeux (revisités dans un site http://labs.compagnieinvitro.fr/) mis en lumière sur les premiers laboratoires, elle lance sa compagnie dans un processus à long terme autour de la trace, de l’empreinte.

Par ailleurs, Marine Mane s’associe avec d’autres corps de métier pour concevoir des projets mêlant mouvement, paysage, architecture, cinéma, dans des territoires violentés. Parce que ces lieux sont aussi des terrains résistants, elle croit qu’ils portent en germe leurs propres résiliences.

  • 4c971f_ef549300c49c4581b993ee242e947b22_
  • Facebook
  • Instagram
portraitmarinemane_edited.jpg

Marine Mane

Après avoir suivi les formations de la Sorbonne Nouvelle en Arts du Spectacle, Marine Mane intègre les classes du Centre Dramatique National de Reims, où elle fonde une compagnie avec d’autres élèves. À sa sortie d’école en 2000, elle devient l’assistante de Christian Schiaretti. En 2012, elle fonde à la fois la compagnie In Vitro et les Laboratoires de traverses qui sont aujourd’hui indissociables de sa démarche artistique expérimentale. Lauréate des bourses et aides Beaumarchais, Dicréam, SACD, son parcours transdisciplinaire peut se voir sur des scènes aux orientations aussi diverses que ses influences et ces pratiques, s’associant aussi bien à des scènes nationales et à des lieux institutionnels du spectacle vivant qu’à des musées, des universités, des écoles d’art... (danse, musique, théâtre, cirque, photographie).
Elle œuvre non pas à fusionner les disciplines auxquelles elle se confronte, mais plutôt à les mettre en relation dans une approche féconde de la transdisciplinarité où chaque pratique s’épanouit en se nourrissant des autres.


Entre 2017 et 2018, elle est artiste compagnon du Manège, Scène nationale de Reims. Elle prend alors le temps d’écrire Un atlas du vivant, projet global de sa compagnie autour des gestes libérateurs.


Depuis septembre 2020, Marine Mane est artiste associée aux Scènes du Jura, Scène nationale. Elle y entame un nouveau cycle de travail sur les identités multiples et les différentes temporalités qui composent une même personne, les croisements entre histoire intime et fait social, les changements de langages qui bouillonnent et ressurgissent à la faveur des relations ; une identité comme une toile rhizomique qui contient des archives du passé et du futur, des fictions réalistes, des récits composés de voix, de corps, d’odeurs, de peaux, de souvenirs.

Oeuvre

WEB.jpg

Les Poupées

2020